Culture, le magazine culturel en ligne de l'Université de Liège


Jouer le jeu. De l'autre côté du théâtre belge

01 octobre 2009
Jouer le jeu. De l'autre côté du théâtre belge

Jouer le jeu

Contrairement à la France, la Belgique ne se préoccupe pas assez de l'histoire de son théâtre. En Communauté française, peu d'ouvrages lui sont consacrés. Jouer le jeu. De l'autre côté du théâtre belge est donc particulièrement bienvenu. Il présente 12 artistes ou collectifs d'artistes actifs dans le paysage belge contemporain.

Un livre est un élément très important de légitimation des artistes.  Le premier mérite de cet ouvrage est donc celui d'exister et de garder trace du travail de 12 personnalités du théâtre contemporain en Communauté française. Le choix est sans doute subjectif, mais chacune de ces personnalités est remarquable à plus d'un titre.

Comme le souligne Nancy Delhalle, la "génération" des artistes belges qui commencent à émerger dans les années 90 n'est pas un mouvement uniforme, loin s'en faut. Contrairement aux générations précédentes, il n'y a presque plus d'artistes autodidactes : la professionnalisation du secteur, commencée dans les années 70, est presque totale. Les écoles et conservatoires donnent à tous un bagage sensiblement le même. Dès lors, la concurrence oblige les artistes à trouver des conditions de légitimité en imposant leur singularité. Le paysage théâtral en Comunauté française s'en trouve donc extrêmement éclaté.

On peut toutefois trouver des points communs qui réunissent les douze artistes auxquels s'intéresse Jouer le jeu  :

Ainsi, les fonctions d'auteur, acteur et metteur en scène sont redistribuées et décloisonnées.  Les créateurs ne se contentent pas de mettre en scène un texte écrit par un auteur, ils travaillent collectivement l'écriture du texte sur scène,  la création d'un spectacle.

Leurs créations s'inscrivent dans une esthétique scénique très contemporaine où musique, danse, technologies nouvelles, cinéma et arts plastiques peuvent s'entremêler. On ne peut pourtant pas les situer tous dans un même "courant", tant leurs personnalités sont différentes. Il n'y a pas en Communauté française un courant théâtral aussi net qu'en Flandre.

Enfin, tous ces artistes jouissent aussi d'une reconnaissance en dehors de nos frontières. L'exiguïté du territoire et des budgets en Communauté française rendent les représentations à l'étranger indispensables à la longévité du spectacle. Acceptés, appréciés, reconnus en France, en Europe, voire plus loin de nous encore, ils participent au rayonnement de la création belge.

Il est évident que les douze artistes ou collectifs d'artistes présentés dans cet ouvrage ne représentent qu'autant de repères dans le paysage théâtral belge contemporain.  "Nous savons que le paysage est plus vaste que les bornes qu'on y dépose et que l'histoire est faite de mouvements plutôt que d'arrêts sur image" explique Benoît Vreux, dans son introduction. Par ailleurs, ce n'est pas le point de vue de spécialistes qui est proposé ici. L'idée originale de cette publication est d'avoir choisi  également douze rédacteurs différents,  qui présentent chacun un artiste au travers d'un spectacle. Ils parlent de leur expérience subjective et n'ont pas pour objectif de présenter LA grille de lecture.  C'est donc la vision du spectateur qui est ici privilégiée, plutôt qu'une analyse scientifique. Ces rédacteurs n'ont toutefois pas été choisis au hasard, car il importait que leur sensibilité et leur regard soit en adéquation avec l'écriture et le jeu.     

Notons encore que l'ouvrage est merveilleusement illustré des portraits de Marie-Françoise Pissart et de photos de spectacles.

Jouer le jeu est le premier ouvrage d'une "collection" intitulée Les cahiers du XX Août, qui doit son nom au lieu d'!implantation du Théâtre de la Place dès 2012. C'est sur cette même place du XX-Août que se situe l'Université de Liège, et plus précisément son Service d'histoire et analyse du théâtre que dirige Nancy Delhalle. Un des prochains volumes de la collection sera consacré aux actes d'un colloque international qu'elle organisera lors de l'inauguration des nouveaux locaux du Théâtre.

Claudine Purnelle
Octobre 2009
 
Voir aussi l'article sur Reflexions : Un théâtre en mouvement
 

 
Jouer le jeu. De l'autre côté du théâtre belge
Dirigé par Benoît Vreux, avec le Théâtre de la Place
Éditions Luc Pire. Collection "Les Cahiers du XX Août"
 
La fabrique imaginaire / Ève Bonfanti et Yves Hunstad / Par Daniel Pennac
Monstrum / Le cas de Claude Schmitz / Par Antoine Pickels
Si je vous suis, je suis vous / Les espaces multiples d'Anne-Cecile Vandalem / par Christine Aventin
Genèse n°2 / Ivan Viripaev, Antonina Velikanova, Galin Stoev / Par Vincent Lécuyer
Lettre à un vieux mouchoir / À propos de SPRL de Jean-Benoît Ugeux / Par Linda Lewkowicz
Titre en jeu / Notes sur Convives, En d'autres termes et le théâtre selon Transquinquennal / Par Daniel Loayza
Le soleil même pleut / Mise en texte et mise en scène chez Françoise Berlanger / Par Nestor Baillard
Qui voilà, Armel Roussel / De Roberto Zucco à Si demain vous déplaît..., Armel Roussel, Utopia II / Par Antoine Laubin
Une polyphonie des passions humaines / Théâtre et musique chez Ingrid von Wantoch Rekowski / Par Édith Bertholet et Stéphane Roussel
À la poursuite de l'homme en morceaux 2.0 / Le Groupe Toc / Par Luc Malghem 
Un récit incarné / Patrick Corillon sur Le Diable abandonné / Par Hans Theys
Tout est ombre / Il vit une année très fâcheuse, Zouzou Leyens / Par Nestor Baillard
 
 
Textes introductifs ou complémentaires
Jouer le jeu - Benoît Vreux
Mouvements d'une histoire - Nancy Delhalle
La Zwanze - Benoît Vreux et Antoine Pickels
Autonomie - Benoît Vreux et Nancy Delhalle
 
En vente en librairie ou au Théâtre de la Place. 


© Université de Liège - http://culture.ulg.ac.be - 21 janvier 2019