Culture, le magazine culturel en ligne de l'Université de Liège


Le Théâtre de la Place à l'Émulation : Interview de S. Rangoni

14 septembre 2009
Le Théâtre de la Place à l'Émulation : Interview de S. Rangoni

Le Théâtre de la Place, bientôt à l'Emulation

Installé à titre provisoire  – mais depuis plus de 25 ans... – sur la Place de l'Yser, le Théâtre de la Place  entame en 2009-2010 sa dernière saison en Outremeuse. En 2010-2011, il présentrera ses spectacles au Manège, avant de déménager, pour 2011-2012, dans le très célèbre bâtiment de L'Émulation, en face de l'Université de Liège. Serge Rangoni, directeur du Théâtre de la Place, précise les objectifs de cette implantation future.

Pourquoi le choix du bâtiment s'est-il porté sur celui de la Société libre d'Émulation ?

Serge Rangoni : Tout d'abord, ce bâtiment possède une charge symbolique très forte. En 1779, c'est-à-dire dix ans avant la Révolution française, des Liégeois décident de répondre « à la nécessité, dans laquelle Liège se trouvait, d'avoir un centre de réunions ou d'actions, pour les personnes s'intéressant à la culture des lettres, des sciences et des arts ... ». Ce type de « société savante » existait déjà en France depuis un certain temps, mais Liège a très vite ressenti le besoin de suivre le mouvement. Malheureusement, le 20 août 1914, le bâtiment de L'Émulation a été incendié et ce n'est qu'en 1939 que le nouvel immeuble de la place du 20-Août, élaboré par l'architecte Julien Koenig, a été inauguré. Ce lieu a donc été choisi tout d'abord pour son caractère symbolique. D'autre part, la place du 20-Août est au centre d'un quartier qui doit être revitalisé, ce qui ne manquera pas d'être fait puisqu'autour du projet du théâtre gravitent des projets de réaménagement de la place.

Le bâtiment en lui-même possède également des qualités uniques. D'un point de vue architectural d'abord, il est le seul bâtiment d'une telle ampleur. De plus, sous des dehors très conventionnels, le concept architectural de base est extrêmement moderne. L'architecte Julien Koenig avait déjà commencé à travailler avec du béton et du stuc. Sa vision de l'architecture était très moderne puisque sur une base purement personnelle, il rejoignait les besoins de son client par une décoration en stuc. Ce qui est également très surprenant, c'est l'utilisation qui avait été faite des baies vitrées. Il y a tout un travail sur les ouvertures et les jeux de lumières qui, sous un regard actuel, sont toujours très modernes. Malgré tout, le bâtiment comporte également pas mal d'éléments très contraignants mais l'atout de notre nouvel architecte, Pierre Hebbelinck, c'est de ne jamais être à court d'idées.

En plus de ce bâtiment de la place du 20-Août qui attirera sûrement « un public de beaux endroits », nous garderons la possibilité d'une programmation au Manège pour des spectacles plus visuels, pour la danse, etc. car beaucoup de nos créations nécessitent un lieu plus brut.
 
268 AP M 02

Les rénovations vont-elles conserver l'esprit dans lequel était construit le bâtiment ?

Serge Rangoni : Le choix ne se posait pas, le bâtiment possède des parties qui sont classées, et cela nous obligeait à conserver une certaine cohérence. Mais une des forces de notre architecte, Pierre Hebbelinck, a été de jouer sur la structure du bâtiment original. Par exemple,  les murs et le sol de la grande salle ne devaient en aucun cas être modifiés. Cependant, la configuration actuelle de la grande salle n'était pas adaptée au théâtre moderne. Pierre Hebbelinck a donc imaginé un nouveau gradin qui s'appuiera à peine sur le sol et ne touchera pas les murs. Le gradin est en fait posé dans la salle.
 
268 FA M 27


Comment s'organisera l'espace du futur théâtre ?

Au total, la surface du nouveau théâtre sera de plus de 7800 m2. Le bâtiment déjà existant abritera l'accueil, la billetterie ainsi qu'un bar-café. Nous avons voulu installer un bar-café qui serait ouvert aux étudiants, avec une connexion Internet, un endroit où il ferait bon s'installer quelques heures. Aux premier et deuxième étages, on trouvera un espace pédagogique, des salons qui serviront d'espace de rencontre et de création d'événements, ainsi que l'accès à la deuxième salle. Les derniers niveaux accueilleront tous les services administratifs du théâtre ainsi qu'une conciergerie. De nouveaux immeubles seront construits entre la place du 20-Août et la rue des Carmes dans lesquels seront installés les services techniques du théâtre (accès décors, réserves, les ateliers de couture, décoration, maquillage/perruques, rangement accessoires) et les outils nécessaires à la création et à l'accueil des artistes (salle de répétition, loges, foyer,...).

268 FA M 11

Que pensez-vous de l'évolution de la ville de Liège d'un point de vue culturel dans un cadre comme celui de l'Euregio ou même au niveau européen ?

Serge Rangoni : Liège est une ville-phare de l'Euregio, que ce soit d'un point de vue de l'importance de l'agglomération ou d'un point de vue historique, sans parler de tout ce qui commence à se mettre en place ; c'est la Cité Ardente qui a le leadership du groupe. Cependant, cela ne veut pas dire que tout va aller tout seul. Il faut que l'on travaille dans cet Euregio. Ma crainte réside dans le fait que malgré le potentiel qui existe à Liège, les choses peuvent mal tourner parce que les Liégeois ont souvent tendance à croire que tout va se faire tout seul. Mais ce n'est pas vrai... Il faut des structures et, surtout, beaucoup de travail.

En tout cas, au niveau des productions théâtrales, nous sommes les leaders de l'Euregio parce que notre programmation est la plus importante mais aussi la plus forte. Mais le Théâtre de la Place va plus loin, nous avons un partenariat avec le Luxembourg et avec le Théâtre de Rennes qui est une des plus grosses structures françaises. De plus, depuis peu, grâce à des projets comme PROSPERO (projet de théâtre commun aux théâtre de Rennes, Modena, Berlin, Lisboa, Tampere et Liège), le Théâtre de Liège jouit d'une reconnaissance européenne.

Alors, forcément, il fallait que l'on se donne les moyens d'accueillir le public et de promouvoir nos activités.

Propos recueillis par Vincianne D'Anna
Septembre 2009

crayon

Vincianne D'Anna est journaliste indépendante.

 



Photos de maquettes d'atelier © Atelier d'Architecture Pierre Hebbelinck  S.A.

 


© Université de Liège - http://culture.ulg.ac.be - 22 avril 2019