Culture, le magazine culturel en ligne de l'Université de Liège


L'Opéra Royal de Wallonie

14 septembre 2009
L'Opéra Royal de Wallonie

Deux ans de travaux seront nécessaires pour l'Opéra de Liège, qui doit rénover et moderniser ses infrastructures.  Stefano Mazzonis di Pralafera, directeur général de l'Opéra Royal de Wallonie, a l'ambition de faire de l'ORW une très grande maison d'opéra, en y attirant des chanteurs et cantatrices de tout premier plan et des spectacles remarquables.  Faire de Liège une grande capitale culturelle, belle ambition !

Palais opéra

Le 11 octobre 2009, une journée portes ouvertes sera organisée au «Palais Opéra de Liège», le chapiteau monté sur l'Espace Bavière qui accueillera les spectacles de l'ORW pendant les deux prochaines saisons. Cette structure semi-permanente d'une capacité légèrement supérieure (1100 places) à celle du Théâtre Royal a été utilisée pendant presque dix ans par La Fenice de Venise après son incendie. Ce chapiteau est donc étudié pour accueillir de manière optimale des spectacles d'opéra avec toutes les exigences que cela comporte. De plus, les spectateurs ne seront pas trop dépaysés et retrouveront à peu de choses près leur propre siège puisque 700 sièges du Théâtre Royal seront installés sur les gradins du chapiteau.

Palais opéra

 

Les travaux du Théâtre Royal prévoient quant à eux de rehausser la cage de scène de 4 mètres, de renouveler la machinerie et redessiner la fosse d'orchestre, d'installer des sièges plus confortables, de créer de nouveaux espaces d'accueil pour diverses manifestations, de sécuriser l'édifice et le doter de techniques énergétiques plus efficaces, de renouveler les toitures et restaurer les façades, d'ajouter une salle de répétition de même dimension que le plateau ou encore d'intégrer dans le bâtiment les bureaux du personnel. Du point de vue architectural, la restauration des espaces intérieurs entend respecter le style néo-classique de l'ORW et restituer des décors d'origine. De l'extérieur, le bâtiment intégrera, en hauteur, un volume contemporain composé d'une structure d'acier légère et d'un bardage métallique cuivré. Les façades, dont les colonnes seront ornées de marbre rouge, devraient être rehaussées de statues contemporaines.

 

La restauration du Théâtre Royal  s'inscrit dans un immense mouvement de rénovation de la ville de Liège. Cet élan donnera-t-il un nouveau souffle à la ville ?

mazzonis

Stefano Mazzonis di Pralafera : Tous ces travaux sont indispensables pour le développement culturel de notre ville. Quand les travaux seront finis, je pense que Liège sera très proche du statut de « grande capitale culturelle ». En tout cas, c'est le but des administrateurs de la ville, et notre rôle à nous, opérateurs de la culture et institutions.  Ca doit être notre objectif à tous. Et je dois dire que cela s'annonce bien, puisque la gare signée par Calatrava sera parmi les plus belles gares du monde. Le grand Curtius participe également à ce mouvement. Pour les expositions, nous avons maintenant un lieu qui permettra des réalisations remarquables.

En ce qui concerne plus particulièrement  l'Opéra, nous avions déjà commencé notre part de travail. Ces dernières années, l'Opéra de Liège a accueilli sur sa scène des grands noms comme Daniele Gatti, Riccardo Muti, Ruggero Raimondi, Patrizia Ciofi, June Anderson, José Cura qui va venir prochainement... Vous pouvez aller chercher dans les programmes des autres maisons d'opéra, on trouve rarement autant de noms aussi prestigieux.  L'opéra de Liège a donc déjà commencé prendre sa place parmi les grands théâtres.

 Photo © Jacky Croisier

Est-ce dans ce but que la Ville de Liège a lancé le projet de rénover le Théâtre Royal ?

SMdP : En effet, on doit dire que le bâtiment était un peu fané et inadapté aux exigences techniques actuelles. Les travaux vont donc être de très grande ampleur. Le bâtiment et la scène seront à la pointe de la technologie moderne, la scène sera totalement informatisée... Je crois que lorsque les travaux seront finis, le théâtre retrouvera le faste qu'il avait à l'époque où Liège était une grande ville culturelle.

Est-ce que vous avez déjà des projets de spectacles pour le nouveau Théâtre, après les travaux ? Pourrez-vous accueillir des productions auxquelles vous aviez dû renoncer en raison de l'infrastructure ?

SMdP : Oui et non... Nous avons accueilli les grandes productions que nous souhaitions. Mais à l'avenir, ce sera beaucoup plus facile... On ne rencontrera plus de grands problèmes liés aux infrastructures. Pour ce qui est de la programmation de la saison  2011-2012, où nous retournerons dans nos murs, nous n'avons pas encore de projets. Nous attendons que les travaux soient finis...Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Par principe,  je ne parle que des spectacles déjà réalisés ou programmés, pas de ceux que nous voudrions monter...  On peut toujours rêver mais à un moment, il faut pouvoir parler de ce que l'on réalise vraiment... Les rêves et les projets, on les laisse aux hommes politiques.

Ces derniers temps, nous avons invité beaucoup de célébrités. Cela a fait parler de nous. Par exemple, cette saison, nous avons invité le ténor José Cura. Ce ténor attire systématiquement avec son «fan club», des personnes qui viennent des quatre coins du monde, pour l'écouter. Ensuite, ces personnes vont parler de Liège... La réputation d'un théâtre se construit grâce au bouche à oreille. Quand Juan Diego Flores, un des ténors les plus recherchés, est venu à Liège, il a été charmé par la ville, par le public... I nous aime et il reviendra... C'est ça qui fait la différence entre une maison d'opéra normale, moyenne, et une grande maison. C'est un travail de fond... et de fous. 

En attendant la fin des travaux, qui vont durer deux ans, vous vous installez donc sur l'espace Bavière et non plus sur l'Esplanade Saint-Léonard comme annoncé précédemment ?

SMdP : Là, il faut vous avouer qu'au départ, notre premier choix avait été l'espace Bavière. Le bourgmestre a, quant à lui, proposé un lieu qui était à côté du grand Curtius et donc qui participait à la création d'un pôle culturel.

Les riverains n'ont pas apprécié l'idée.  C'est regrettable, pour eux. On peut dire qu'ils sont passés à côté de quelque chose. Nous préférions le site de Bavière pour des raisons d'espace. Mais j'ai trouvé décevant que les habitants du quartier ne comprennent pas que c'était une chance pour eux d'accueillir un Théâtre pendant deux saisons.   

Cette saison,  est-ce pour compenser les désagréments liés aux déménagements que vous avez invité des chanteurs encore plus prestigieux ?

SMdP : Il est évident que nous essayons d'en faire un peu plus cette saison,  parce que nous pouvons très bien comprendre que ce soit ennuyeux pour le public de changer de salle. Ce sera donc une saison forte avec des grands noms ! Et nous espérons que  notre public nous suivra. Les travaux étaient indispensables, il fallait changer de lieu pour deux saisons. Nous avons acheté le chapiteau et procédé à de gros investissements pour donner à notre public un maximum de confort. Nous espérons qu'il sera séduit.

Quels sont vos spectacles phares de cette année ?

SMdP : Moi, j'aime beaucoup Rigoletto... mais je dois vous avouer que c'est très difficile de choisir parce qu'on a énormément de grands noms. On a Falstaff et Boris Godounov avec Ruggero Raimondi,  I Capuleti e i Montecchi avec Patrizia Ciofi, on a Samson et Dalila avec José Cura et même les deux petites œuvres de Donizetti sont dirigés par un grand chef., Claudio Scimone..

Cette année, j'ai également choisi de faire la mise en scène du Pays du Sourire.  Cette opérette est un véritable chef -d'œuvre , fort apprécié du public, mais que l'on ne joue jamais. D'un point de vue musical, c'est la plus belle opérette de Lehár avec le célèbre air « Je t'ai donné mon cœur ». Je suis donc ravi de la mettre en scène au Palais Opéra de Liège.   

 

Vincianne D'Anna
Septembre 2009

 

crayon

Vincianne D'Anna est journaliste indépendante.

 


 

Le dimanche 11 octobre dès 12h, journée portes ouvertes gratuite pour découvrir le chapiteau, visiter les coulisses, participer à des ateliers maquillage ou encore, assister à l'échauffement des chœurs. Un concert des chœurs débutera à 15h, concert qui permettra au public d'apprécier l'acoustique du «Palais Opéra de Liège».



 


© Université de Liège - http://culture.ulg.ac.be - 22 avril 2019