Culture, le magazine culturel en ligne de l'Université de Liège


Nicolas Defrecheux (1825-1874)

04 December 2015
Nicolas Defrecheux (1825-1874)

defrecheux00b2

Entré en qualité de secrétaire au rectorat de l'Université de Liège en 1860, Nicolas Defrecheux a été nommé l'année suivante appariteur à la faculté de médecine. Il a rempli ces fonctions jusqu'à sa mort.

 

Nicolas Defrecheux est considéré comme « le créateur de l'élégie wallonne » (A. Le Roy). Sa complainte Lèyîz-m' plorer, publiée par le Journal de Liège en 1854, connut un succès immédiat et une diffusion extraordinaire pour l'époque. Un jeune homme y exprime, sur un ton juste et vrai, sans emphase, son désespoir après la mort de celle qu'il aimait. Cette chanson marque un tournant important, puisque c'est la première fois que s'exprime une véritable poésie lyrique en wallon.

 

Dans un tout autre genre, mais tout aussi remarquable, le « cramignon », L'avez-v' vèyou passer ? (L'avez-vous vue passer ?, 1856). Avec cette chanson, destinée à accompagner la célèbre danse liégeoise en chaîne qui serpente, Defrecheux a remporté un concours de poésie et de chanson wallonnes. C'est à la suite de ce succès et de l'enthousiasme de nombreux amateurs de wallon que fut créée la Société liégeoise de littérature wallonne.

Martine Willems

 
©  Collections artistiques de l'Université de Liège

 

 

Lèyîz-m' plorer

Mes camèrâd' m'ont v'nou dir' : « C'est noss' fiésse,
      Vinez danser. »
Qu'in aut' s'amus', mi ji pleur' li maîtresse
      Qui m'a qwitté.
Ji l'ainmév' tant, elle aveut mes pinsêie
      Di nute et d'joû.
Leyîz-m' plorer, tot' mi veie est gâtêie,
      Ji l'a pierdou

Ses p'titès mains avît l'même blankiheur'
      Qui nos feus d'lys
Et ses deux lèp' estît pus ros' qui l'fleur'
      Di nos rosîs.
Mâie nol fâbit' n'a fait oyî comm' leie
      Des cahnts si doux.
Leyîz-m' plorer, tot' mi veie est gâtêie,
      Ji l'a pierdou

Vos âriz dit quéque ang' vinou so l'térre
      Divint l' moumint
Qu'ell' pârtihév' tot' ses spâgn' à l'misére
      Des ôrphilins ;
Ou qu'elle aidiv' si veie mére à l' vesprêie
      Po r'monter l'soû
Leyîz-m' plorer, tot' mi veie est gâtêie,
      Ji l'a pierdou

Ji n' pous roûvî qu'è l' saison des violette
      Ell' mi dèrei :
« Louk' ces ouhais aspités so l' cohette
      Si fiestèt-i !
Va, qwand on s'aim', tos les joûs d'îne annêie
      Sont des bais joûs. »
Leyîz-m' plorer, tot' mi veie est gâtêie,
      Ji l'a pierdou

Elle est à c'ste heure èco pus haut qu'les s'teule
      È paradis ;
Poquoi fât-i qu'ell'  seûie èvôie tot' seule
      Èvôie sin mi ?
On a bai m' dire : «  I fât bin qu'tèl rouveie »,
      Est-ç' qui j'el pous ?

Leyîz-m' plorer, tot' mi veie est gâtêie,
   Ji l'a pierdou

 
25593  defrecheux001

 

 <<  précédent        Membres du personnel     suivant  >>
Écrivains de l'ULg –  Docteurs honoris causaAnciens étudiants

 


© Université de Liège - http://culture.ulg.ac.be - 06 July 2020