Culture, le magazine culturel en ligne de l'Université de Liège


Caraïbes / Royaume-Uni : Caryl Phillips

17 janvier 2010
Caraïbes / Royaume-Uni : Caryl Phillips

 

Dramaturge et essayiste de renom, Caryl Phillips est avant tout connu comme l'un des romanciers les plus talentueux du monde anglophone. Il excelle dans l'analyse psychologique et sociale de personnages marginalisés.

 
caryl phillips c John Biggins

Un romancier engagé

 

Peu après la publication en 1991 de Cambridge, le quatrième roman de Caryl Phillips, un critique du New York Times déclara que cette œuvre allait sans doute permettre à son auteur de prendre place parmi les géants de la littérature contemporaine. Cambridge est en effet un tour de force narratif, audacieux tant par sa thématique que par sa forme. Se déroulant au XIXe siècle, principalement aux Caraïbes, sur une plantation de canne à sucre, il brosse un portrait tout en finesse d'une société esclavagiste rongée par la violence et l'hypocrisie. Toutefois, ce livre n'est pas une simple reconstitution historique ; il se veut surtout une remise en question radicale de la façon dont l'histoire nous est transmise. C'est ainsi qu'il met en scène deux personnages que tout oppose : d'une part Emily, une jeune Anglaise qui débarque aux Antilles pour superviser la plantation de son père, et de l'autre Cambridge, un esclave africain christianisé. Les deux protagonistes se rencontrent à peine dans le roman, mais leurs sorts sont intimement liés car ils sont tous deux victimes d'une société paternaliste et raciste qui leur refuse le droit à la parole. Comme le suggère Phillips dans toute son œuvre, ce n'est qu'au travers de la littérature que la voix de ces laissés-pour-compte de l'histoire peut être entendue.

Photo © John Biggins
 

Empathie envers les marginaux

 
crossingtheriver

Cette empathie envers les marginaux est également au cœur de deux autres œuvres polyphoniques, La Traversée du Fleuve (1993) et La Nature humaine (1997). Ces romans, tous deux traduits en français, témoignent à nouveau du grand pouvoir d'imagination de Phillips et de sa capacité hors du commun à se mettre dans la peau de personnages masculins ou féminins provenant d'horizons divers. La Traversée du fleuve s'intéresse au destin exceptionnel de trois enfants africains, Nash, Martha et Travis, qui au  XVIIIe siècle sont vendus par leur père à des esclavagistes. Phillips suit leurs pérégrinations de l'autre côté de l'Atlantique et ailleurs, et retrace au travers de leur expérience émouvante la douloureuse histoire des enfants de la diaspora africaine et de leurs rencontres avec d'autres cultures.

 

Il est également question du choc des civilisations dans La Nature humaine, un roman encore plus fragmenté qui met en scène plusieurs personnages, dont Eva, une jeune juive allemande qui survit aux camps de concentration nazis ; un officier noir, que le lecteur devine être Othello et  qui, au XVIe siècle, se bat aux côtés de l'armée vénitienne ; et Malka, une juive éthiopienne qui émigre en Israël, mais y est exclue à cause de sa couleur de peau. Séparés par le temps et l'espace, ces personnages ont néanmoins des vécus fort similaires qui attestent de l'éternelle tendance humaine à se définir en excluant l'Autre, quel qu'il soit.

 

Thématiques actuelles

 

La grande majorité des neufs romans de Caryl Phillips se déroule dans un passé plus ou moins proche. Les thématiques qu'il y développe ont cependant une résonance résolument actuelle et universelle : il y aborde, à titre d'exemple, la question de la solitude, de la famille dysfonctionnelle ou des relations interculturelles. Ces thèmes occupent également une place centrale dans deux de ses œuvres romanesques qui se situent dans l'Angleterre contemporaine, et qui ne sont étonnamment pas encore traduites en français, A Distant Shore (2003) et In the Falling Snow (2009). Le premier de ces récits se concentre sur deux personnages : Dorothy, une Anglaise d'âge mûr qui mène une vie solitaire dans un petit village du nord de l'Angleterre, et Solomon, un jeune réfugié africain. Phillips décrit avec beaucoup de nuance l'amitié qui se noue entre ces deux êtres écorchés. En nous donnant accès à leurs pensées, l'auteur nous montre une nouvelle fois l'absurdité du processus d'exclusion qui régit la vie en société. Le seul espoir, suggère-t-il ici, réside dans la compréhension de l'Autre et la reconnaissance de ce qui unit tous les humains malgré leurs différences. Au contraire de Dorothy et de Solomon, le personnage de In the Falling Snow, Keith, est en apparence bien intégré en Grande-Bretagne, malgré ses origines caribéennes. Cependant, le récit nous révèle progressivement les faiblesses et les incertitudes de cet homme dont l'assurance identitaire est ébranlée suite aux révélations que lui fait son père avant de mourir. Ce roman fort intimiste confirme le génie créatif de Phillips. Il démontre également l'un de ses crédos favoris : seule la littérature peut nous faire découvrir les méandres de l'âme humaine et former ainsi l'un des remparts les plus efficaces contre l'intolérance.

 

Une identité complexe

 
foreigners

L'attention que porte Phillips aux exclus ainsi que sa prédilection pour des formes narratives éclatées peuvent être mises en rapport avec son identité complexe, non seulement en tant que fils d'immigrés mais aussi en tant qu'écrivain nomade qui partage sa vie entre plusieurs continents et plusieurs cultures. Né en 1958 à St Kitts, une petite île des Caraïbes orientales, de parents d'origine africaine, Phillips a été marqué par son enfance et son adolescence passées dans une Angleterre qui refuse de reconnaître sa diversité raciale, comme il le fait d'ailleurs superbement ressortir dans Foreigners: Three English Lives (2007), un ouvrage mêlant réalité et fiction et décrivant la vie de trois Anglais célèbres de race noire.

 

Phillips est à présent professeur à l'Université de Yale et vit à New York, mais son imaginaire reste façonné par ses origines multiples. Comme il le souligne dans un recueil d'essais intitulé A New World Order (2001), l'histoire lui a distribué un jeu de quatre cartes, comprenant l'Afrique, les Caraïbes, l'Angleterre et les États-Unis. Son rôle en tant qu'écrivain est de comprendre, mais aussi de faire comprendre, le destin ambigu qui est le sien, et qui est en passe de devenir de moins en moins unique dans nos sociétés en voie de mondialisation.

 

Bénédicte Ledent
Janvier 2010

 

icone crayon

Bénédicte Ledent enseigne la langue anglaise et la littérature des Caraïbes anglophones à l'Université de Liège. Ses recherches portent sur le roman de la diaspora africaine, en particulier en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Elle a publié en 2002 Caryl Phillips à la Manchester University Press.


 

Œuvres traduites en français

La traversée du fleuve, trad. Pierre Furlan, Éditions de l'Olivier, 1995
Cambridge, trad. Pierre Charras, Éd. Mercure de France, 1996
La nature humaine, trad. Pierre Charras, Mercure de France, 1999

 

En anglais

Cambridge,  Bloomsbury, 1991
Crossing the River , Bloomsbury, 1993
The Nature of Blood , Faber & Faber, 1997
A New World Order, Secker & Warburg, 2001
 A Distant Shore, Secker & Warburg, 2003
Foreigners: Three English Lives, Harvill Secker, 2007
In the Falling Snow, Harvill Secker, 2009

Sites

 

Site officiel de Caryl Phillips: http://www.carylphillips.com
Bibliographie complète: http://www.l3.ulg.ac.be/phillips/

 


© Université de Liège - http://culture.ulg.ac.be - 22 août 2019